En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

vendredi 17 mars 2017

Etienne Chouard s'interroge sue le système de gouvernement démocratique





Etienne Chouard est intéressant parce qu'il est sincère.

Son système ne restera probablement qu'une belle idée mais il a le mérite de bien nous montrer la vraie nature de notre système démocratique. Ceux qui me lisent régulièrement savent combien j'ai en aversion la prétendue "démocratie représentative" non pas parce qu'elle serait une démocratie mais précisément parce qu'elle ne l'est pas et ne risque aucunement de l'être.



Par ailleurs, le gouvernement par l'assemblée des citoyens n'est évidemment pas possible, non pas parce que la France d'aujourd'hui, pour ne citer qu'elle, serait beaucoup plus peuplée que  l'Athènes antique - les moyens de communication  contemporains comme internet pourraient assurément pallier cela - mais parce que ces mêmes moyens, on le constate tous les jours, permettent aussi de manipuler ces mêmes citoyens. C'est le rôle imparti à la presse dans ce qui aurait dû être une démocratie, que d'informer le citoyen afin qu'il s'exprime et décide en toute connaissance de cause, d'où l'appellation de quatrième pouvoir. Là aussi on constate comment les moyens d'information ont dès le début été dévoyés en moyens de manipulation et de désinformation.



Le gouvernement d'un seul homme vertueux me semble préférable au gouvernement par une assemblée d'hommes imparfait et pour certains d'entre eux crapuleux. La campagne actuelle éclaire mes propos d'une lumière noire.

Le système monarchique a un temps rempli ce rôle tant que le roi craignait Dieu et visait à laisser l'image d'un bon roi. Ce n'était pas parfait loin s'en faut mais la monarchie a quand même fait du beau travail pensant un millénaire. Malheureusement cette époque est révolue  et son retour me semble relever d'une chimère. Les soi-disant prétendants, héritiers de telle ou telle lignée n'ont aucune qualité à prétendre à quoi que ce soit, la royauté se gagne par sa vertu quand il s’agit de la faire renaitre et non pas par la possession d'une goutte infinitésimale du sang du fondateur il y a plus de mille ans.



Reste donc un système évoqué par Chouard, où le citoyen serait obligé de déléguer une partie de ses pouvoirs à des représentants dont le mode de désignation pourrait faire intervenir une grande part de hasard. Ces représentants ne seraient élus/désignés que pour un temps très court - un à deux ans -  non renouvelable . Toute professionnalisation serait exclue et la vie politique des dirigeants limitée à très peu de mandats.

Comme il faudrait se garder d'une prise de pouvoir en sous-main par l'administration, en particulier la haute administration, il faudrait simplifier la forêts de textes, de droits et de devoirs auxquels sont soumis les citoyens. Des textes simples n'ont pas besoin d'hommes compliqués pour les appliquer. La carrière des fonctionnaires devrait être limitée dans le temps et l'accession à la fonction soumise à l'élection, le tirage au sort peut-être pour certains postes  dès lors que la technicité serait constatée.

Comme une forêt de textes compliqués engendre une justice compliquée, il faudrait de même simplifier les textes de loi . La justice pourrait être parfaitement bien rendue par des juges élus ou tirés au sort (après constatation de leurs capacités techniques)  sur la base de la vertu et de la morale sans que l'ensemble des codes mesure plusieurs milliers de pages.

La presse (au sens large) serait naturellement contrôlée en ce qui concerne les gens qui la possèderaient, nul cartel, nul monopole ne serait toléré. La diversité totale des opinions serait vérifiée par une assemblée de citoyens tirés au sort pour une durée d'un an ou deux (on pourrait imaginer un renouvellement par moitié pour qu'il y ait une certaine transmission de l'expérience).



Ce système à peine ébauché ne serait sans doute pas parfait, mais au point où nous en sommes arrivés tout me semble préférable à cette République ploutocratique prétendument représentative qui nie nos droits, nie même jusqu'à notre existence  et la pérennité de notre descendance sur la terre de nos ancêtres.

7 commentaires:

  1. Bien que ne partageant pas son prisme politique j'apprécie assez Chouard pour l'écouter des heures.
    Si j'avais une seule chose à lui dire "Monsieur Chouard, de suis d'accord avec vos préconisations, mais pensez-vous que les gauchistes supporteraient de ne plus être les maîtres absolus de ce qu'ils qualifient de démocratie ?
    Appuyez-vous sur 200 ans d'histoire, vous aurez une incontestable réponse qui dépasse quelque frontière géographique ou temporelle que ce soit"

    On n'ira nulle part avec-eux, d'ailleurs on ne peut aller nulle-part depuis-eux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu le professeur Tournesol de la politique, génial mais pris dans ses rêves.

      Supprimer
    2. @PE, non...car c'est un doux rêveur, un des hommes à la fois très doux, à la limite du féminin, et pourtant assez viril...Nous somems loin de Bernard Lugan. Quand je l'ai entendu louer Merluchon, j'ai zappé...

      Supprimer
    3. Louer Melanchon quand on est intelligent montre bien une perte de contact avec la réalité

      Supprimer
  2. Un peu longue pour certains mais excellente vidéo proposée par EQUA chez le volatile marin : https://youtu.be/UU1QaI3iq8I
    Je partage avec Julien ses constats et de corrections historiques.

    Pour le reste j'alterne la lecture de"Le choc des civilisations" et "Islamisme et Etats-Unis, une alliance contre l'Europe" complémentaires et en opposition sur certains points, donc très intéressants à lire en parallèle.

    J'aime beaucoup lire tout ce que ER m'a déconseillé de lire, je comprends pourquoi maintenant.

    RépondreSupprimer
  3. Il reste un gaucho qui penche pour Merluchon...j'ai avalé ça un moment, l'ai découvert en même temps que la si intelligente et belle Myret Zaky...Chouard, c'est comme E et R. Tout à coup, le pipeau apparait. l'idée même de démocratie m'est...répulsive car mensongère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La démocratie représentative est un leurre il n'y a pas de doute là-dessus

      Supprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.