En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

lundi 29 août 2016

La saga désopilante du burkini.

Disons le tout de suite, je trouve plutôt plaisant que les fatmas dissimulent leur cellulite derrière des camisoles informes. Ça m'épargne les yeux.
Ensuite je trouve particulièrement jouissif que toute la clébardise de garde, hommes et femmes, remisent au grenier les dernières valeurs  de gauche qui leur restaient : le féminisme et la laïcité.

Il s'agissait de gérer le prosélytisme agressif, voire l’agressivité tout court, des barbus et on se retrouve à légiférer sur une combinaison de bain, à tel point que certains à peine entrés en lice en font un argument de campagne. On ne peut pas résoudre le comportement de provocateurs sectaires  en légiférant sur le port ou non de tel vêtement, surtout qu'au nom de la sacro-sainte égalité, on va ensuite tenter de contraindre, prêtres, sœurs , bouddhistes, frileux etc. Tout cela par refus de nommer les choses !
Ils avaient raison les animistes et les Anciens qui pensaient que le nom portait une partie de l'âme, à tel point que dans certaines cultures, le vrai nom était secret. Par refus de nommer les choses, le pays se crée bien plus de problèmes qu'il n'en résout. D'ailleurs, il n'en résout plus aucun depuis quelques décennies. Au mieux il pose des bombes à retardement .

Qui prendra désormais au sérieux les féministes quand, au nom des droits de la femme à s'habiller comme elles veulent, elles auront relégué la femme musulmane au port du burkini, et du voile son pendant terrestre. Voile et burkini, les nouveaux instruments des militantes des droits de la femme !

Qui croira un seul instant que le pouvoir socialiste et aussi une partie de la droite, incarnent la laïcité dans sa partie la plus visible, la séparation de l’Église et de l’État quand ce dernier par la voix de son premier ministre se mêle de gérer l'hypertrophie de décence sur les plages ?
Pour paraphraser Arletty, lors des procès de l’Épuration, déclarant "si vous ne vouliez pas qu'on sorte avec [des officiers allemands] fallait pas les laisser entrer", je dirai à ces grandes âmes, pourquoi vous offusquer de voir se réaliser ce que vous avez souhaité depuis bientôt 50 ans, d'abord en attirant ces gueux puis en sabotant assimilation et intégration ?
Vous les avez laissé entrer, vous avez brisé menu toute velléité de résistance, même toute velléité de contestation orale ou écrite. Payez maintenant !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.