En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

mardi 20 janvier 2015

Sondages en hausse

Encore une demi douzaine de policiers tués par les agités du turban et l'ami mollette va nous faire du 120% d'opinions favorables dans les sondages, comme les notes au bac.

Les Français seraient-ils encore plus nuls que je ne le pensais ? Avoir une opinion en hausse envers un chef d’État et un chef de gouvernement qui n'ont pas su prévenir des évènements que tous les gens sensés attendaient depuis plusieurs années, montre le degré d'immaturité politique de ce peuple lobotomisé qui ne fonctionne plus qu'à l'affect.

Comme disait l'envoyé de Dieu à Loth, à Sodome, Trouve un juste dans cette ville et j'épargnerai Sodome.

samedi 17 janvier 2015

Madame Taubira nous démontre qu'elle sait ce qu'est de faire l'humour.

La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a formulé vendredi trois propositions pour renforcer les sanctions contre le racisme et l'antisémitisme, dont la généralisation dans le code pénal de la circonstance aggravante de racisme.
La garde des Sceaux s'exprimait à l'École nationale de la magistrature de Paris, lors d'une réunion avec les magistrats du parquet antiterroriste de Paris et les 167 référents antiterroristes des parquets. La généralisation de la circonstance aggravante de racisme «aurait un sens évident pour certaines infractions comme les agressions sexuelles, le harcèlement sexuel, le harcèlement moral, la séquestration, la traite des êtres humains, le bizutage, l'atteinte aux biens et le chantage notamment», a souligné la chancellerie dans un communiqué.
La seconde proposition de la ministre de la Justice vise à sortir les injures et diffamations du droit de la presse (loi du 29 juillet 1881) pour les introduire dans le code pénal lorsqu'elles sont aggravées par une circonstance liée au racisme, à l'antisémitisme ou à l'homophobie. «Ainsi, les infractions de ce type pourront être poursuivies selon la procédure de droit commun et la réponse pénale en gagnera en efficacité», indique la chancellerie.
Le 17 septembre, l'Assemblée nationale avait voté le déplacement controversé du délit de provocation à des actes terroristes ou d'apologie de ces actes de la loi sur la presse vers le code pénal pour en faire des délits terroristes. Enfin, Christiane Taubira a proposé de confier à l'autorité administrative la possibilité de bloquer les sites de haine raciste ou antisémite, «comme cela existe déjà pour les sites concernant la criminalité sur les enfants, la pédo-pornographie notamment».
«Ce sont des projets qui sont en cours sur lesquels nous accélérons et qui feront l'objet d'annonces gouvernementales dans les prochains jours», a indiqué Taubira. La ministre de la Justice avait déjà dès juin 2012 édicté une circulaire de fermeté en la matière auprès des parquets. Le 12 janvier dernier, elle a réaffirmé et complété ses consignes avec une nouvelle circulaire avant de formuler ces propositions.
 20MINUTES.FR

Je pense qu'il faudra également créer une commission de l'humour pour savoir si tel ou tel propos relève de l'humour, de la moquerie, de l'insulte ou carrément du crime abject de racisme.
Par exemple un Euro-caucasien (un Blanc quoi !) qui se fout de Yannick Noah fait de facto œuvre de racisme, mais un Afro-européen qui se fout du même fait de l'humour . Mais s'il fait partie du FN ? humour , insulte ou racisme ?
Il y a du pain sur la planche !

vendredi 16 janvier 2015

Où qu'il est Ch....?

Version agoraphile
et version animalière, plus particulièrement lemmings

jeudi 8 janvier 2015

Pathétique


 Naturellement nous  ne rejouirons pas de l'assassinat des membres de CH, mais nous ne nous joindrons pas non plus au concert des pleureuses, des sodomisés à sec par ces mêmes, aujourd'hui  victimes, membres du camp du "Bien" , chevilles ouvrières de l'immigration-invasion, plus occupées à vomir sur la religion chrétienne et sur la nation qu'à accepter de regarder la vérité en face.
Leur seul écart leur aura été fatal et encore ils n'en avaient été, que le relais. Ils n'avaient même pas la gloire de l'inspiration première. Un marronnier éditorial qui leur est retombé sur la gueule.

Entendre ce soir les membres du camp du Bien évêques et libertaires main dans la main justifier en quelque sorte ce carnage par la défense du droit de rire, sans doute en voie d'être inscrit dans la constitution ?  c'etait tout simplement pathétique.