En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

mardi 6 octobre 2015

Une société où l'argent est maître est une société à gauche

Je vais certainement en surprendre plus d'un voire les choquer, mais la dérouillée que les grévistes ont infligée aux représentants de haut niveau d'Air France me semble plutôt saine et même justifiée.
Il est trop facile d'user d'arguments financiers pour envoyer 3000 personnes pointer au chômage sans que par ailleurs, la direction qui a mené une politique qui a conduit à cette situation ne soit pas sanctionnée et que les dirigeants ne soient pas licenciés dans la même charrette.

Le mot charrette n'est pas innocent tant un licenciement dans les années présentes s'apparente à une condamnation à mort sociale et économique.

La classe dirigeante qui nous tanne tant avec les mots de démocratie et liberté a complètement perdu de vue le contrat moral sous-jacent au contrat économique qu'est le contrat de travail.
Le salarié se met  corps (et quasiment âme) à la disposition de son employeur, lequel se doit de lui donner les moyens de subsistance, certes, mais aussi de s'assurer que cette mise à disposition ne débouche pas sur le néant. Un citoyen libre n'est pas un esclave que l'on jette pour satisfaire  des intérêts purement économiques et financiers. Surtout financiers en ce moment.

Curieusement - pas tant que cela quand vous aurez lu ce qui suit - , la politique qui consiste à laisser le salarié seul face à son employeur n'est pas une position de droite, laquelle est plutôt paternaliste par essence, mais bien révolutionnaire (Loi Le Chapelier) , donc de gauche comme Macron s'efforce de nous le faire comprendre depuis quelques mois.
Il faut aussi se rendre compte que le libéralisme est fondamentalement une  doctrine de gauche . C'est le marxisme-léninisme qui en assimilant argent et droite, ce qui est très rarement le cas , a semé la confusion.
En fait, en France, où pourtant cette notion de gauche et de droite a pris corps, le concept est complètement perverti.
Au commencement, la droite rassemble les partisans du roi, donc d'une société hiérarchisée et paternaliste, la gauche, les partisans d'une société oligarchique (direction par des "élus") où les élites définies essentiellement par l'argent sont cooptées et où la représentation démocratique est un leurre en vue de s’assurer de l'impassibilité relative du peuple.  Dans la première société, l'argent n'a qu'une importance relative  alors que dans la seconde il a une importance primordiale puisqu'il détermine l'accès au pouvoir.

Une société où l'argent est maître est donc une société de gauche.

Je suis de plus en plus convaincu que c'est cette imposture qui vicie la vie politique française où tout le monde ou presque - fausse droite et vraie gauche - avance masqué mais globalement dans le même sens, tandis que la vraie droite est marginalisée et qu'on qualifie d'extrême gauche - la gauche des purs en quelque sorte - les descendants des détrousseurs de grands chemins et des "chauffeurs" , c'est dire de voleurs et de criminels.

D'où l'impression qui est en fait un ressenti de la réalité, du bonnet blanc et du blanc bonnet et de ne pas savoir à qui s'en remettre, d'où la violence..

6 commentaires:

  1. Bien intéressant, bien éclairant... Merci pour ce regard.

    RépondreSupprimer
  2. "Au commencement, la droite rassemble les partisans du roi, donc d'une société hiérarchisée et paternaliste, la gauche, les partisans d'une société oligarchique (direction par des "élus") où les élites définies essentiellement par l'argent sont cooptées et où la représentation démocratique est un leurre en vue de s’assurer de l'impassibilité relative du peuple. Dans la première société, l'argent n'a qu'une importance relative alors que dans la seconde il a une importance primordiale puisqu'il détermine l'accès au pouvoir. "

    Assez brillant

    RépondreSupprimer
  3. Excellente analyse. C'est tout à fait ça. L'argent à droite et les bons sentiments à gauche n'est que leurre, propagande et faux semblant. Dès la promulgation de la loi Le Chapelier, les sans-culottes tombaient le masque et pourtant comme il est rare d'entendre ou de lire une analyse comme celle-ci ! Il faut dire que les Français connaissent mal leur Histoire ou se contentent d'à peu près mensongers qu'ils trouvent un peu partout.

    RépondreSupprimer
  4. @ CCRIDER, cette analyse pourtant simple n'est pas venue toute seule, il m'a fallu de la maturation pour arriver à discerner ce qui séparait vraiment la droite de la gauche tant la confusion est entretenue à dessein.

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.