En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

jeudi 15 octobre 2015

L'arrivée des Russes sur les mers chaudes.

Il y a un fait qui semble échapper à la réflexion de nos brillants analystes politiques subventionnés, c'est que pour la première fois de son histoire, la Russie projette officiellement ses forces au-delà de ses frontières. Je précise ma pensée, au-delà de l'immédiate proximité avec sa frontière.
L'expansion des empires Russe et Soviétique s'est toujours produite dans les territoires adjacents même si pendant la  Guerre Froide, des soviétiques sont intervenus de par le monde mais toujours de façon très réduite et masquée. On pense aux guerres de Corée ou du Vietnam en particulier.

En Syrie les Russes interviennent dans un pays avec lequel  ils n'ont pas de frontière commune et avec des moyens militaires conséquents, en tenant tant les Turcs que les Israéliens à distance, en respect oserai-je dire.
Quant aux USA ils sont inexistants et on s'aperçoit par comparaison qu'ils ont été inexistants depuis des mois et des années dans la région. Alors vraie faiblesse ou espoir de voir les Russes s'enliser dans un nouvel Afghanistan ?

Il est difficile de ne pas y voir, non pas le retour des Russes sur la scène internationale mais simplement  l'arrivée des Russes sur cette scène en outrepassant le barrage des Détroits et en s'installant officiellement sur une mer chaude. Un rêve pluri-centenaire.

6 commentaires:

  1. L'Histoire se remet en marche et ça promet d'être passionnant.

    RépondreSupprimer
  2. parfaitement d'accord, surtout si les Russes réussissent leur pari, ça va bouleverser la donne dans la région et mettre des plans à la poubelle.

    RépondreSupprimer
  3. Poutine serait-il le caillou dans le godillot de l'ogre mondialiste ?

    RépondreSupprimer
  4. Obama, et quasiment lui seul à Washington, a compris que si la Syrie tombait, ça serait catastrophique pour tout le monde, y compris pour les US. Avec Poutine, il a conclut pas mal d'accords, même s'il joue les vierges effarouchées. En fait, les vrais ennemis de la Syrie sont la Turquie, l'Arabie Saoudite et le Qatar. D'autant que la Turquie a conclu des accords pétroliers avec la Russie qui, hormis le fait qu'elle a toujours été alliée avec Bachar, doit craindre la mainmise du pétrole par les I.E and C°.
    Toujours est-il que l'avionique russe est remarquable, ainsi que ses missiles ultra-précis.
    On comprend la réaction de Meyssan au sujet de la France


    RépondreSupprimer
  5. @ CCRIDER
    On aimerait le croire

    RépondreSupprimer
  6. @ blh
    ton avis sur Obama est intéressant et pourrait en effet expliquer pas mal de choses.
    Par contre la logique de la phrase "D'autant que la Turquie a conclu des ..." m'échappe. Faut il comprendre que la Russie interviendrait pour conserver son client turc ?

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.