En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

dimanche 27 juillet 2014

Du Nord au Sud

Voilà quatre jours maintenant qu'un avion affrété par Air Algérie s'est crashé en Afrique entre le Burkina Faso et le Mali. Pour mémoire, le Burkina Faso est au SUD du Mali.

Voilà quatre jours que toute la presse française  nous rebat les oreilles sur le fait que l'accident aurait eu lieu au Nord du Mali. Je veux bien admettre le "centre " à la rigueur mais quand même pas le Nord.
Alors, soit ils sont tous autistes soit il y a un message subliminal que l'on veut nous faire ingurgiter et qui m'échappe.

En jaune le Mali, en vert le Burkina et l'emplacement grossier du crash en rouge.
on est toujours au nord de quelque chose mais quand même !

jeudi 24 juillet 2014

Emirat du Frankistan an - 30

L'observatoire de la Christianophobie | Racca : l’État Islamique s’y “occupe” aussi des chrétiens
Les trois églises de Racca, qui furent autrefois les foyers d’une minorité
chrétienne dynamique, ont été fermées. Après avoir saisi la plus grande,
celle Martyrs catholiques arméniens, l’ EIIL [État Islamique d’Irak et
du Levant] en a ôté les croix, a hissé son drapeau noir sur sa façade,
et l’a transformé en centre islamique où sont diffusées des vidéos de
combats ...
Lire la suite sur  L'Observatoire de la christianophobie

mardi 22 juillet 2014

1914-2014 L'histoire commence à l'Est

L’opinion mondiale et l'attitude des États occidentaux ne laissent pas d'être inquiétantes en ce qui concerne les relations avec la Russie.
Un siècle après la guerre qui a peu ou prou daté la sortie de l'Europe de l'Histoire, le coup de grâce venant 25 ans lus tard, on assiste à une espèce de course à la guerre contre un pays , qui, quelle que soit la qualité des méthodes employées, ne fait que  défendre ses intérêts vitaux.

On peut retourner le problème dans tous les sens, bavasser pendant des heures pour savoir qui était le primo-occupant de la région de Crimée, si la région de Donetz  est fondée ou non à défendre ses caractéristiques ethniques ou linguistiques, il y a un fait stratégique incontournable, la mer Noire est le seul accès aux mers chaudes pour ce pays immense qu'est la Russie, et encore un accès bien réglementé.
D'où il ressort que, quel que soit le président russe, aucun  ne cédera cette région stratégique à un ennemi potentiel.
Toutes les pressions qui tentent de s'exercer sur la Russie pour son attitude réelle ou supposée dans la crise ukrainienne sont des manœuvres qui visent à provoquer la Russie tels les boutefeux de 1914 .

Ceci est d'autant plus vrai que la Russie est jugée coupable au second degré d'un acte dont il n'est nullement prouvé qu'il ait été commis pas les séparatistes de l'Est. Ce sont même ceux qui n'avaient vraiment rien à gagner dans cette affaire.

Ceux qui poussent à la condamnation de la Russie sont les mêmes qui trouvent toutes les excuses pour absoudre l'Israël du massacre de Palestiniens, la question de l'embargo des produits israéliens pour calmer ses volontés et ses actes bellicistes n'étant même pas évoquée.

La vie n'est pas simple.

vendredi 18 juillet 2014

Du rififi sur le Don.

Naturellement il est encore risqué d'affirmer savoir qui est à l'origine du tir qui a touché et abattu le vol de la Malaysian Airline, la compagbnie aérienne maudite de ces derniers mois.
Toutefois on peut avancer une hypothèse que ne feront pas les médias. Raison de plus pour l'avancer.

La conséquence, à plus ou moins court terme va être de voir l'ONU débarquer sur place et déléguer son pouvoir militaitre à une organistion existante non directement liée aux parties en présence.
Disons, sans grand risque de se tromper .. l'OTAN ... Bonne pioche ?


Déjà, les grands de ce monde, le meneur de revue Obama ont fait leur religion, comprenez qu'ils désignent tous les séparatistes, donc à mots à peine couverts, les Russes.

Nous avions parlé ici il y a quelques mois des coups fourrés probables à venir pour rejeter la Russie   au delà du Don et découvrir son flanc Sud . Nous y sommes.
Les séparatistes et les Russes peuvent bien protester de leur bonne foi, ils ne pourront fournir aucune preuve déterminante devant "l'opinion internationale". Tout le monde dispose des mêmes armes dans la région  et seuls quelques rares satellites ont été en mesure d’éventuellement voir le départ du tir.

Si on reprend le fameux adage policier "à qui profite le crime" celui-ci ne peut profiter qu'au pouvoir  ukrainien mais surtout, car il n'est qu'une poupée de chiffon aux mains des Américains, à ceux-ci qui ne font pas mystère de leurs vues sur la région surtout de leur intérêt à voir la Russie encore reculer vers l'Est.
En effet ni les séparatistes, ni les Russes n'ont aucun intérêt à voir l'Otan, si contraire à leurs intérêts, débarquer sur place.
Sur ce coup là, force est de constater que pour le moment Poutine à force de tergiverser a perdu la main. Jeu Obama ...

Nouvel adage politique à ruminer : en géopolitique on agit ou on ferme sa gueule. Un soutien direct aux séparatistes aurait certainement fait hurler les fiottes européennes et américaines mais aurait eu le grand avantage de marquer le territoire et de faire passer toute action ultérieure de l'Occident dans la région pour une réelle agression, tandis que là, l'agresseur c'est le Russe pourtant historiquement chez lui.

Ce qu'il s'est passé en Ukraine ressemble trop dans la manière d'agir au marché de Sarajevo ou aux armes de destruction massive de Saddam, sans évoquer d'autres dossiers noirs, pour ne pas désigner le commanditaire de l'acte.

Affaire à suivre, Poutine va-t-il résister où choisir la paix infamante, mais la paix quand même ? Va-t-il contre-attaquer sur un autre point comme le Proche-Orient et le Moyen-Orient au bord de l'explosion  pour obtenir une monnaie d'échange ?
Les semaines où les mois prochains nous le diront.

samedi 5 juillet 2014

Dernière aventure de Petit Nicolas

On me susurre à l'oreille que Petit Nicolas aurait des problèmes avec la justice.
Quel dommage un homme si brillant !
D'un autre côté il n'y a pas de fumée sans feu et on vous l'avait bien dit que ce monsieur n'était pas très net.