En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

vendredi 30 juillet 2010

Des scènes comme on aimerait en voir plus souvent

Nonobstant mon post précédent, des scènes que l'on aimerait voir plus souvent.
Force doit rester à la loi.
Modérons notre enthousiasme en nous disant bien qu'il n'y a probablement pas eu une seule arrestation et qu'il y aura encore moins d'expulsions. Donc comme on dit maintenant, c'est juste pour le fun.


Evacuation de familles sans logement squattant la propriété d'autrui à la Courneuve
envoyé par Mediapart. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

Sarkozy a commencé sa campagne présidentielle.

C'est clair Sarkozy brigue un second mandat.
En demandant le "nettoyage" des camps de Roms, ce qui reste dans le domaine du possible, puis en demandant la destitution de la nationalité française "à des personnes d'origine étrangère" qui auraient attenté à la vie d'un représentant de l'Etat ou de la force publique, mesure déjà nettement plus difficile à mettre en oeuvre, quand il aurait été si simple de ne pas l'accorder cette nationalité, en parlant de nettoyer les quartiers et les gangs (du déjà entendu ça) , Sarkozy a clairement débuté sa campagne électorale.
Premier objectif rallier à son petit bidet, les troupes un peu primaires des électeurs mais non militants du FN.
Le moment est bien choisi, le FN est encore emberlificoté dans ses problèmes successoraux dont on ne voit pas le début de la fin.
D'ailleurs pratiquement aucune réaction à droite de l'UMP.
Ça peut marcher surtout si en alternative on a Aubry ou Priape Strauss-Kahn. D'ailleurs ça a déjà fonctionné une fois et on a les résultats sous les yeux, une immigration renforcée, un Islam désormais incontournable, des mosquées tous les 100 m, des rues entières squattées le vendredi pour "la prière", un quinquennat bling-bling qui fait la une de Voici, des dépenses présidentielles pharaoniques quand nos soldats jouent les porteurs d'eau des USA dans des guerres qui nous sont étrangères à tous points de vue, tandis que notre pré carré traditionnel nous échappe sous nos yeux, quand nous continuons d'accueillir des gens qui en remerciement mordent la main qui les nourrit.
Tout çà en à peine trois ans.
En trois ans la France est passée de puissance mondiale à valet des écuries d'Augias tout juste bonne à ramasser la merde de nos grands alliés .
Alors, Français, mon frère, électeur, cette fois-ci essaye de comprendre ce qu'il se passe autour de toi avant de glisser ton bulletin dans l'urne.
Tu as été trahi, tes idées ont été trahies, tes enfants sont trahis. Ne vote pas pour le traître.

jeudi 29 juillet 2010

"l'affaire wikileaks"

A la première écoute ou lecture de la presse, Wikileaks, site spécialisé dans la révélation de bavures de l'armée américaine aurait révélé avec les documents "afghans", un lot énorme de bavures de l'armée américaine et de ses alliés.
Or il ne s'agit pas du tout de cela. On peut vérifier ce que j'avance directement sur le site de Wikileaks ICI, ou bien en résumé LA .
Il s'agit de compte-rendus succincts d'opérations : explosion de mines artisanales, recherche et découvertes de caches, accrochages avec des Talibans etc.
Le quotidien d'une armée en opérations de maintien de l'ordre comme a pu  l'être l'armée française en Algérie.
Parfois il y a des bavures dues aux soldats fatigués, apeurés ou énervés, aux erreurs d'objectifs, d'autres fois aux civils  qui n'obtempèrent pas aux ordres. Comment s'en étonner dans un système religieux où l'on n'hésite jamais à se dissimuler derrière la population civile pour porter des coups à l'ennemi étranger. Là encore, le rapprochement avec la situation algérienne est tentant. Mais la grosse majorité des documents rapporte des opérations de routine.
Concernant l'armée française, rien de nouveau ni de particulièrement spectaculaire n'est annoncé.

En fait ce document est surtout destiné à impressionner le citoyen américain middle-class, qui pense encore que son armée est là-bas pour établir la démocratie et bouter Al-Qeida hours du pays et qui craint de savoir que ses boys y laissent des plumes et qu'ils tuent parfois d'innocents civils.
Sans vouloir faire cynique, dans ce genre de situation, il faut savoir que la différence entre un combattant taliban et un civil dépend surtout de la vitesse à laquelle on lui a retiré sa cartouchière.
Si on lui dit à ce citoyen américain ques ses alliés locaux, gouvernements pakistanais et afghan sont des traîtres et que les boys, d'embuscade en embuscade meurent pour rien, c'est sûr, ça ne va pas lui faire plaisir.

Ni plus ni moins, Wikileaks cherche à répéter le traumatisme qui a conduit au départ du Viet-Nam.
Comme Wikileaks ne vit pas que de l'air du temps, je me demande si en fait il n'y a pas un conflit au sein des cercles mondialistes et de l'administration américaine elle-même quant à savoir s'il est opportun ou non de continuer le combat là-bas. Wikileaks, bien loin de servir les intérêts du citoyen américain servirait en fait ceux de la haute finance internationale et même indirectement ceux du gouvernement Obama qui ne demande qu'à partir mais ne peut le faire qu'en respectant certaines apparences. La pression populaire serait l'argument massue. Et si elle tarde à venir, on la crée le cas échéant.
Aymeric Chauprade nous a expliqué que ce qui a présidé à la crise afghane ce sont  avant tout des intérêts pétroliers. Si ces intérêts venaient à diminuer, les USA pourraient ne plus trouver le même intérêt à cette contrée sauvage et donc chercher tous les moyens de se désengager sans perdre la face, du moins sur le plan intérieur.
Une fois encore, on voit  comment la presse, qui dans son ensemble défend toujours les mêmes intérêts, nous désinforme.

Il y a une thèse de doctorat en zététique  que l'on peut trouver sur le net, de Richard Monvoisin, (à télécharger ICI) qui est un bon antidote à l'approche médiatique de l'information. Je sais que mes lecteurs sont généralement doués d'un bon sens critique, mais raison de plus, il trouveront là de quoi encore mieux le structurer, même si la lecture en est parfois un peu ardue, pas tant à cause du style qui est agréable, mais des références que tout lz monde ne possède pas forcément. Après tout il s'agit d'une thèse et pas d'une liste de courses, encore moins d'un discours de Sarkozy.

mercredi 28 juillet 2010

Bertrand Cantat en a fini avec la justice

Il va pouvoir retourner à ses activités politiques habituelles et militer pour les droits de la Femme....

jeudi 22 juillet 2010

Pays de cocagne

La presse est vraiment intéressante surtout quand on procède par recoupement.
On sait que la Turquie est un hâvre de paix protégeant les différentes communautés qui y résident et que, ma foi, il fait bon y être chrétien. Un exemple d'silam laïque et tolérant, un pays digne d'entrer dans l' Union Européenne&Associates ® .

Enfin c'était avant ÇA !
On apprend au détour d'un article dans Courrier International, pourtant grand européïste et forcément turcophile convaincu, que l'Etat turc cherche à naturaliser un grand nombre de popes orthodoxes en vue de conserver la primauté de l'Eglise orthodoxe turque sur le monde orthodoxe, le partriarche orthodoxe étant depuis l'Empire Bizantin le primat des Orthodoxes.
Seulement il y a un hic, il n'y a plus que 3000 Orthodoxes dans ce pays de cocagne, contre 120 000 il y a encore 50 ans – ce qui n'était déjà pas énorme .
Bien sûr, cela n'a certainement aucun lien avec le rapprochement de la Turquie de l'Europe et des USA.

On va bientôt regretter les anciens Ottomans, friands amateurs de petites filles et de petits garçons. Surtout de petits garçons.

Feu, contre-feu et grosse hypocrisie.

Au delà des effets de manche et d'annonce, voire de matamore, du Président de France&Co Ltd ® filiale de la non moins célèbre multinationale Union Européenne&Associates ® on est bien obligé de constater qu'il existe un problème communautaire en France.
Non pas du fait des individus qui composent ces communautés mais bien du fait de l'existence de la communauté.
Lorsque Sarkozy parle de problèmes causés par les gens du voyage – curieusement il ne parle pas de ceux causés par les gens de l'immigration – il sait qu'il "populise" et qu'il brosse les citoyens excédés par les méfaits de membres de cette communauté dans le sens du poil. C'est une technique bien connue de "redressement rapide de popularité". Pour autant est-ce une démarche "raciste", recherche-t-il des  boucs émissaires comme l'a aussitôt relevé la Ligue des Droits de l'Homme, bien moins rapide à s'interroger sur la violation des Droits de l'Homme d'honnêtes citoyens qui n'avaient rien à voir dans cette affaire ?
Raciste certainement pas, bouc émissaire ptêt ben !
Après les evènements de novembre 2005, l'a-t-on entendu parler des  "problèmes que posent les comportements de certains parmi les Africains et les Maghrébins" ? Bien sûr que non, on a même eu droit à maintes déclarations d'allégeance envers la "communauuté musulmane" souvenez vous-en !

Les "gens du voyage" sont une des sources stables d'insécurité dans ce pays et ce n'est pas la SNCF qui voit chaque année s'envoler des kilomètres de caténaires en cuivre qui nous démentira.

Mais des sources d'insécurité liées à des communautés il y en a d'autres et qui commettent des méfaits d'une autre ampleur. Comme je le signalais plus haut le Président est très discret sur ce sujet,  parce ces communautés sont puissantes, qu'elles sont liées à des groupements d'intérêts extrêmement puissants comme les producteurs de pétrole ou notre meilleur allié l'Obamaland-Unie d'Amérique.
En pinaillant le détail, on ne parle pas des choses qui fâchent . Technique également bien connue, mais qui fonctionne toujours de "l'arbre qui cache la forêt".

Comme le décrit parfaitement bien Eric Werner dans "L'avant guerre civile" , les intérêts objectifs des gouvernements et des fauteurs d'insécurité sont les mêmes, à tel point que le plus souvent les gouvernements favorisent l'existence de ces gangs ou mafias pour en retirer une légitimité à mieux contrôler l'ensemble de la population.
Une illustration évidente pour tous les internautes sont ces lois visant à mieux contrôler les internautes sous prétexte de pédophilie et de téléchargement illégaux. Les pédophiles sont toujours là, les pirates aussi, mais nous, nous avons un flic derrière chaque écran.



La question que l'on peut se poser, la seule en fait,  est de savoir si le gouvernement français est débordé parce qu'une puissance supérieure tire désormais les ficelles, auquel cas l'État français serait en quelque sorte désormais ravalé au même rang que les citoyens et donc aussi impuissant qu'eux face à ce phénomène, ou bien si malgré tout il contrôle toujours le phénomène, auquel cas, on serait au comble de l'hypocrise. Mais à cela nous y sommes habitués.
Je crois que la première hypothèse peut encore être écartée, même si des puissances étrangères commencent sérieusement à s'immiscer dans nos affaires intérieures.


Quoi qu'il en soit, il n'y a rien à attendre des rodomontades de Sarkozy, comme toutes les actions entreprises par lui depuis bien avant son élection, passé l'effet d'annonce rien ne changera, sa priorité actuelle est d'éteindre par tous les moyens l'incendie Bettancourt . Il ne fait qu'utiliser là une troisième technique dite du contre-feu.
En fait avec cette homme, aucune surprise,  il ne fait qu'appliquer assez maladroitement des techniques politiciennes vieilles comme le monde, sans inventivité et sans panache. On se croirait toujours à la mairie de Neuilly.
On a encore plus de mal avec le recul à comprendre la sidération qui s'est abattue sur le pays pendant les années 2005-2007 et qui  a conduit à son élection.


Il faudra bien que les Français se décident un jour à prendre leur destin en main.

jeudi 15 juillet 2010

Les Canadiens sont bien plus atteints que nous.

Et pourtant ce n'est pas facile.


Jugée pour avoir étranglé sa fille de 14 ans,  une immigrée Tchétchène de confession musulmane voit son jugement suspendu pour trois ans, période à l'issue de laquelle elle sera disculpée si elle ne commet aucune infraction aux conditions qui accompagnent cette suspension.

Les dhimmis en particulier les Chrétiens anglicans  applaudissent des deux mains.

source Jihad watch

L’Allemagne, Cheval de Troie du Nouvel ordre mondial

Voici un article fort intéressant de la revue FLASH, mis en ligne sur le site Mecanopolis .
On y apprend mille joyeuses choses sur notre avenir proche.
Un des intérêts de cet article, c'est que ce qui y est annoncé va pouvoir être vérifié très rapidement.
Alors que se met en place, non pas un gouvernement économique, mais un organe de décision qui aura pour but de mettre au pas les pays de l’Union européenne, il devient difficile d’évoquer ces sujets sans effleurer l’idée même d’une conspiration – idée qui, lorsque fondée sur des faits indiscutables, peut néanmoins permettre de comprendre la marche réelle des affaires.
Tous les indicateurs démontrent qu’une troisième phase de la crise économique nous atteindra d’ici octobre, novembre au plus tard, et que ses effets seront bien plus dévastateurs que tout ce que nous avons subi durant ces deux dernières années, car les finances publiques sont désormais asséchées et l’économie mondiale moribonde. Octobre sera aussi le mois où un groupe de travail présidé par le président du Conseil Herman Van Rompuy fera des propositions concrètes, non pas pour un projet de « gouvernance économique », comme il en était question, mais dans le but de lacréation d’un « organe », composé de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et de l’Eurogroupe.
La dénomination en tant « qu’organe » est importante, car une « gouvernance » aurait imposé une forme démocratique, impliquant le Parlement européen. Or il n’en sera rien.

Sanctions pour tous les membres de l’Union

L’Allemagne a su imposer au tout début du mois de juillet, par l’intermédiaire de son agent Olli Rehn, commissaire aux Affaires économiques, que les sanctions envers les pays jugés trop laxistes en matière de finances publiques soient imposées, non pas aux seuls pays de la zone euro mais à l’ensemble des 27 pays membres de l’Union européenne.(1)
Ces sanctions prendront effet sous forme de suppression de fonds structurels, principalement les aides à l’agriculture et à la pêche, lorsque le pays contrevenant ne rentrera pas dans les clous après une première phase d’avertissement.
La France ne s’est nullement opposée à cette décision. Pire encore, le même jour, Nicolas Sarkozy, en visite en Aveyron sur le thème de l’agriculture de montagne, promettait qu’une somme de 350 millions d’euros allait être « sanctuarisée » dans le budget 2011 pour aider les jeunes agriculteurs à s’installer.(2) « Vous voyez, je m’investis beaucoup sur le dossier de l’agriculture », avait-il encore indiqué à la presse ce jour-là, alors qu’au même moment, à Bruxelles, on décidait de faire payer l’endettement des États aux agriculteurs.

Un « Pôle carolingien »

Malgré les désaccords de façade,Nicolas Sarkozy est, avec Angela Merkel, à l’avant-garde de ce que l’on pourrait appeler le « Pôle Carolingien » d’une union fédérale de la France et de l’Allemagne devant constituer, ensemble, l’armature intérieure d’une Europe inféodée à l’ordre mondial. Si le ralliement de la France à la doctrine mondialiste est récent, du moins dans sa phase décisive, l’ancrage de l’Allemagne, principal pays allié des États-Unis en Europe depuis 1945, est plus profond, et c’est le ministre des Affaires étrangères Joshka Fischer qui avait, en quelque sorte, ouvert le bal, lors de son discours à l’Université de Humboldt, le 12 mai 2000, relayé quelques jours après par son prédécesseur, Hans Dietrich Gensher, ministre des Affaires étrangère allemand, dans Le Figaro du 20 mai suivant : « L’intention de Joshka Fischer est maintenant de renforcer l’Union européenne dans la perspective de son élargissement. Il s’agit d’en faire un acteur efficace du Nouvel ordre mondial… » Puis encore, comme pour enfoncer le clou, Wolfghang Schäuble, ex patron de la CDU, dans Le Monde du 22 mai de la même année : « Au monde bipolaire de la guerre froide s’est substitué un monde multipolaire. Les États-Unis, la Russie, la Chine et, à quelques distances, le Japon, y ont déjà pris place. L’Inde va entrer dans le club. Il ne faut pas que l’Europe soit en reste. À ses débuts, le nouveau gouvernement allemand avait laissé un peu en friche le terrain de la politique étrangère. Ce plan Fisher lui restitue un visage européen sur l’arrière plan de la mondialisation. »

Concept mondialiste

La doctrine stratégique « globale » des États-Unis avait été élaborée une vingtaine d’années auparavant. Il est clairement énoncé dans le nouveau concept étasunien de « stratégie nationale de sécurité » dont le contenu fut révélé dans un article du New York Times du 8 mars 1992, qui mentionnait pour la première fois le Defense Planning Guidance du Pentagone, élaboré en liaison avec le Conseil national de la sécurité (NSA), plus haute instance américaine de sécurité et de politique internationale. On y apprend que les États-Unis doivent « tout faire pour dissuader d’éventuels rivaux, parmi les pays avancés et industrialisés, de défier notre domination, ne serait-ce que d’aspirer à un rôle plus grand à l’échelle mondiale ou régionale (…) La mission des États-unis sera de s’assurer qu’il ne soit permis a aucune puissance rivale d’émerger en Europe occidentale, en Asie ou sur le territoire russe. »(3) Il s’agit ni plus ni moins d’empêcher par n’importe quel moyen l’Europe et le Japon,“alliés” relativement dociles, ainsi que la Russie affaiblie mais encore redoutable, de relever la tête et de porter, un jour, ombrage au nouvel ordre mondial politique et économique imposé par Washington.
Ce document rend inutile tout commentaire, éclairant de lui-même les intentions étasuniennes, dont la nature même est d’ordre conspirative. Mais nous aurions néanmoins tort de désespérer, car aucune situation, aussi perdue qu’elle puisse paraître, n’est jamais complètement fermée. C’est la faille salvatrice qu’il nous faut désormais trouver pour opposer un Nouveau monde à ce Nouvel ordre mondial.
Clovis CASADUE, pour la revue FLASH
Publié  sur Mecanopolis, avec l’aimable autorisation de Jean-Emile Néaumet, directeur de la rédaction.
Reproduction libre avec indication des sources
Notes :
(1) Le Figaro du 1er juillet 2010
(2) AFP, le 1er juillet 2010
(3) Cité par Alexandre Del Valle, dans Guerre contre l’Europe, Syrtres, 2000

mercredi 14 juillet 2010

L'exposition coloniale

Inviter d'anciennes colonies, toutes ensemble, à venir parader sur les Champs Elysées à l'occasion de l'anniversaire du cinquantenaire de leur indépendance, franchement cela a-t-il un sens autre que celui de la matérialisation de l'ouverture de la France à ses anciens colonisés sous toutes les formes que pourrait revêtir leur présence.
Nous aurions invité un seul de ces pays, je n'aurais pas eu grand chose à y redire puisque malheureusement l'habitude en a été prise mais tous ensemble, je trouve cela déraisonnable .
Faisant suite à la décision de payer des retraites entières de combattant  à des étrangers, cela montre bien que l'État français à perdu tout sens commun et qu'il n'a plus aucun repère, déboussolé qu'il est par l'appartenance à des alliances multiples parfois contradictoires. C'est la matérialisation de l'installation de la politique française  dans le relativisme le plus absurde.

La gauche n'a pas manqué de faire remarquer que ce défilé avait des relents de colonialisme.
De colonialisme je ne sais pas, car je doute que la démarche coloniale ait jamais été une doctrine en "isme" , mais on est bien obligé de constater que ce n'était pas un hommage à l'Afrique (sur quelles bases d'ailleurs ?) mais bien  un hommage, s'il faut l'appeler ainsi, à nos anciennes colonies.
Compte tenu que nombre d'entre elles ne vivent pas leur décolonisation de manière sereine et que, plus le temps passe, plus on est déconnecté de ce que fut réellement la colonisation française, plus des revendications se font jour contre l'ancien colonisateur.
Dans ces conditions, cette venue d'anciens colonisés est un non-sens. On aurait mieux fait de doter les lycées français à l'étranger de crédits de fonctionnement substantiels.

les dessous de la guerre en Afghanistan

Découvert via le blog Theatrum Belli

Par Aymeric Chauprade, géopolitique de l'Afghanistan 1/4 .
Où il apparait que ce que l'on voit n'est pas toujours ce qui est. Et même de moins en moins souvent.

vendredi 9 juillet 2010

Poudre aux yeux ...

...  et inversement comme aurait dit Pierre Dac.

Le socialiste Michel Rocard et l’UMP Simone Veil ont co-signé une tribune libre pour dire : ne parlons pas des « affaires » car en parler c’est faire le jeu du populisme. Ils ont raison ! Mais leur raisonnement est incomplet car la réalité est la suivante : le Politiquement correct a besoin de la corruption pour s’imposer. Explications.
La suite sur Polémia .

A entendre Estrosi se démener ce matin sur RTL, on est en droit de se demander si l'ultime victime de l'affaire Woerth-Bettancourt-Sarkozy, ne va pas être, avec la complicité objective du gauchiste Pleynel et de la Gôche, la liberté d'expression sur internet.
Ça les démange tous .

Je l'entendais louer les vertus de la "grande presse" pratiquant l'investigation par rapport à celles de "sites d'opinion" diffusant des fantasmes et de la romance.
Si ce qu'il nomme la "grande presse" faisait effectivement de l'investigation, le système français ne serait pas ce que malheureusement il est devenu, une République de copains et de coquins, pour reprendre l'expression de Jean-Marie le Pen.
Il semble qu'Estrosi confonde investigation avec vérification des sources.
Rappelons que la "grande presse" est soit au mains d'hyper-capitalistes, soit hyper subventionnée, soit le plus souvent les deux à la fois et que cela ne crée pas les moyens d'une totale indépendance d'action politique.

Mediapart contrairement à sa publicité, son chapeau dans les moteurs de recherche, n'est pas un site généraliste au sens ou toutes les opinions politiques y seraient représentées, c'est une presse d'opinion comme l'Humanité, ou d'autres journaux de droite comme de gauche aujourd'hui le plus souvent disparus.
Au lecteur, internaute, téléspectateur de se forger sa propre opinion en comparant les informations provenant de différentes sources.
Qu'est-ce qu'une presse d'opinion ? C'est une presse où l'on se sert des faits pour démontrer la justesse de son point de vue.
Cela n'est en rien malhonnête et un média n'a pas à exprimer en son sein toutes les opinions de tous bords quels qu'ils soient, sauf quand il est directement sous la coupe de l'État, et curieusement à ce manquement, ces chantres de la liberté de la presse comme Estrosi n'y trouvent rien à redire !
La malhonnêteté commence quand les faits sont inexistants ou déformés, ce à quoi s'entendent bien les médias télévisés et si j'en crois Christian Estrosi, Mediapart.

Qu'est-ce qu'une presse d'information ? Une presse où on se contente de relayer les informations sur des faits sans y apporter vraiment de plus value en matière d'analyse politique.
"Untel à tué sa belle-mère à l'aide d'un sécateur " ou bien " Un énième soldat tué en Afghanistan". On vous expliquera en détail la manière dont il s'est procuré le sécateur ou bien le type d'explosifs utilisés dans la mine, toutes informations sans réel intérêt mais qui occupent l'espace soit temporel soit spatial.
Cela n'apporte rien à la démocratie et c'est pourtant la presse idéale de Christian Estrosi. Qui s'en étonnerait ?

Quant à la presse d'investigation, nécessairement basée sur une volonté politique, celle dont il voudrait nous faire croire qu'elle est l'apanage de la "grande presse", elle est quasiment inexistante en France.
Parfois certains scandales qui ébranlent la République ont l'allure de démarches investigatrices, mais seulement l'apparence. Jamais ou presque (presque de politesse) vous ne saurez le fond des choses, d'ailleurs une fois l'homme politique mis en cause, tombé ou sauvé, quelques lampistes ayant récolté une peine de principe vous n'en saurez pas plus.
Dans l'affaire Clearstream, le but réel était-il d'empêcher de Villepin de se présenter contre Sarkozy, ou bien Sarkozy de se présenter contre De Villepin ? quelles étaient les motivations réelles des opérateurs de l'affaire, ceux qui ont falsifié les documents ?
Idem pour les financements occultes à la mairie de Paris. Dans l'affaire d'un dramatique accident aérien, pourquoi l'opérateur aérien et le constructeur n'ont pas fait l'objet d'investigations judiciaires etc ...

Dans l'affaire Woerth Bettancourt je suis prêt à parier que si Eric Woerth risque sa place de ministre, mais seulement pour des raisons tactiques — et c'est bien là le but de la gauche, faire trainer le dossier des retraites jusqu'au début de la campagne — la seule personne qui court un risque judiciaire, c'est celle par qui le scandale est arrivé, la comptable trop bavarde.

mardi 6 juillet 2010

L'échéance.

Je n'ai jamais aimé hurler avec les loups, vous ne me verrez pas participer à la curée contre Sarkozy et son gouvernement. Surtout pas contre ceux d'entre eux qui sont déjà à terre aussi antipathiques soient-ils.
Néanmoins ce n'est pas sans un certain plaisir que je vois mes prédictions se réaliser.
Quand la France l'adulait, je lui donnais deux à trois ans. Nous y sommes.
Il faut qu'il paye pour le coup d'état du traité de Lisbonne!

dimanche 4 juillet 2010

Indécis

En 2012, pour qui allons nous voter ? Les bandits calabrais ou les mafieux siciliens ?

Rien ne marque tant le jugement solide d'un homme, que de savoir choisir entre les grands inconvénients. Cardinal de Retz

samedi 3 juillet 2010

Allemagne -Argentine 4-0

La baffe !
4-0 ce qui rabat complètement le caquet de Maradona et ça, ça me fait vraiment plaisir.

vendredi 2 juillet 2010

Le diable se niche dans les détails.

La presse nous apprend que l'ex-préfet Paul Girot de Langlade vient d'être condamné pour avoir déclaré "qu'on se croirait en Afrique ici" devant un contrôle particulièrement désorganisé.
Cet épisode de la vie ordinaire d'un haut fonctionnaire nous apprend plusieurs choses.

D'abord qu'un haut fonctionnaire ne considère pas  — et qui plus est un ministre, député, sénateur —  que les lois et règlements débiles qu'il contribue à mettre sur pied puissent s'appliquer à Lui et entraver Sa Marche.
Ça c'est bon pour le pékin moyen estampillé France-d'en-bas.
Ça me fait bien plaisir qu'un de ces messieurs se soit fait prendre au piège des portiques de contrôle des passagers (et accessoirement des employés).


Seconde révélation et non des moindres, la phrase la plus anodine peut être qualifiée de raciste.
On voit ces jours-ci Diegio Maradona, entraineur de l'équipe d'Argentine, expliquer à qui veut bien l'entendre que les Français croient tout savoir et se croient meilleurs que les autres.
Phrase idiote et tout à fait de même nature que celle du préfet de l'aéroport.  S'il vient en France, devra-t-on l'arrêter à sa descente d'avion et lui coller une amende de 1500 euros ?
Allons-nous être policés jusque dans le moindre de nos propos exprimé même sous le coup de la colère ou de l'énervement ?
Faudra-t-il convoquer un avocat à chaque fois que l'on ouvrira la bouche ?
Même Hortefeu Brice, ministre, a écopé de 750 euros pour dérapage verbal. Bon, lui n'a pas été obligé de faire valoir ses droits à la retraite.

Enfin et j'en finirai là, on constate que les hauts fonctionnaires ont une connaissance très imparfaite de leur pays, dans lequel malheureusement nous devons les supporter, parce qu'Orly ce n'est pas l'Afrique, c'est bien pire.
Les pays africains connaissent, pour nombre d'entre eux, des problèmes structurels dus à des raisons financières, de manque de personnel qualifiés etc.
Dans le second aéroport Français, concédé à un organisme longtemps propriété de l'État, dont il reste un actionnaire important très largement majoritaire, la qualité des services est à tous niveaux déplorables.
Alors le "on se croirait en Afrique ici " c'est vrai, c'est un peu méchant pour les Africains, surtout ceux qui s'efforcent de faire de leur mieux avec les moyens du bord.