En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

mardi 31 mars 2009

les jeunes Français sont des littéraires !

C'était donc cela et rien que cela ?
A l'issue du contrôle général organisé en CM2, il apparait clairement que les jeunes Français sont des littéraires.
De la graine de Proust en somme.
Vous les entendez parler un sabir incompréhensible. Vous vous leurrez !
Vous lisez leurs blogs ou leurs forums où vous avez souvent besoin de lire à haute voix pour comprendre ce qui a été écrit. Sans doute un mauvais tour de vos yeux vieillissants. Ce sont des littéraires puisqu'on vous le dit !

En fait comme le relève le secrétaire général du syndicat SNUIPP : "le fait de dire que les élèves sont meilleurs en français qu'en mathématiques dépend totalement de la difficulté des exercices".
Fermez le ban !

Tout le monde n'est pas dupe de cet auto-satisfecit du ministère de l'Education Nationale qui, par la différence entre son titre et sa fonction, ressemble de plus en plus aux ministères décrits dans "1984" d'Orwell.

En fait il est beaucoup plus facile de trafiquer la partie littéraire d'un test que sa partie mathématiques.
A l'époque ou je faisais des dictées et où nous étions notés sur 20, cinq fautes et c'était le zéro assuré. Un mauvais accent coûtait 2 points. Pour avoir côtoyé de l'intérieur une promotion d'étudiants en droit il n'y a pas très longtemps, je peux garantir que ce barème ne leur avait certainement jamais été appliqué.
Pour la plupart, ils n'y sont pour rien et ce sont les premières victimes de ce monstre qu'est le ministère de l'Education Nationale et de cet État qui n'arrive pas à se faire obéir de ses fonctionnaires.

Vouloir nous faire croire que le taux d'élèves en "grande difficulté" aurait baissé de manière importante depuis l'évaluation de 2007 (comme par hasard !) relève une fois de plus du tripatouillage, de l'agitation et bien sûr du mensonge le plus effronté !

vendredi 27 mars 2009

"Sale Blanc".

Les évènements de Guadeloupe analysés par Terre et Peuple qui confirme l'aspect essentiellement racial et raciste de ce soulèvement.
Il est des branches pourries qu'il faut savoir élaguer le temps venu.

lundi 23 mars 2009

ça y est, ! le racisme officialisé en France !

Nul ne pourra désormais dire que la France n'est pas un pays raciste.

Grâce à Yasig Sabeg et Nicolas Sarkozy, deux éminents personnages issus de la diversité, qui si l'on en juge par la position qu'ils ont atteinte en quelques années, n'ont pas été en but à des manœuvres discriminatoires très violentes, le racisme, tant décrié par les organisations droit-de-l'hommistes de tout crin, le racisme donc est en passe de devenir officiel en France.

J'en vois certains sursauter et d'autres se frotter les yeux. Paix !
Il ne s'agit pas bien sur de cette réaction bien normale et qualifiée à tort de racisme, d'un Français s'étonnant que son pays soit peuplé de 15 millions ou plus de personnes d'origine étrangère et se demandant comment cela a pu se faire alors que l'immigration est théoriquement réglementée dans ce pays.

Non, il s'agit là de vrai, de lourd, de solide racisme. Il s'agit de permettre à des gens qui n'ont pas les diplômes, ou ne sont pas capables de passer un entretien, d'accéder à des postes auxquels ils n'ont aucun droit.

C'est l'application de la fameuse "discrimination positive". Mais positive ou non, une discrimination visant à donner des droits supérieurs à certains, dans un système qui se veut égalitaire, "démocratique" comme ils disent, c'est une ségrégation, un apartheid, si les mots ont encore un sens.

Quand cette discrimination est basée sur l'origine ethnique - et qu'on ne vienne pas nous dire qu'elle ne sera pas - c'est du racisme. Le mot immigré ou la locution "habitant des quartiers" définissent une réalité ethnique que personne n'ignore, à commencer par les principaux intéressés.

Un racisme et un apartheid qui visent à priver les enfants de ce pays de leurs droits, droit qu'ils ont acquis par leur travail, leur études, leur pugnacité. Car il y a maintenant plusieurs décennies, que les emplois ne sont plus réservés aux descendants de Français, pour autant que cela n'ait jamais été le cas.

Il s'agit donc de déposséder par la force, cette génération de jeunes Français, essentiellement des "Gaulois" de la terre de leurs ancêtres. Car contre qui d'autre cette loi pourrait-elle s'appliquer ?

La première phase a consisté à submerger le pays d'une immigration illégale ou familiale, souvent les deux à la fois, pour le plus grand bien du patronat cosmopolite, des financiers mondialistes et des porteurs de Rolex . Puis peu à peu d'exclure les Français d'origine de certaines parties du territoire, les fameux "quartiers".
Ensuite, c'est le paysage coutumier qui a été changé par la mainmise sur les boucheries au profit du Halal, le don de terrains pour la construction de mosquées et les subventions publiques pour ces mêmes ouvrages, alors que la religion traditionnelle était attaquée de tous bords, y compris de l'intérieur sous l'influence de la franc-maçonnerie en particulier . Séparation hommes-femmes, avec la bénédiction des services publics dans de nombreux lieux publics, adaptation de la nourriture dans les écoles aux besoins d'une seule religion, port du voile encouragé malgré les dénégations officielles sont entre autres des manifestations de ce changement ethnique et culturel.

Mais tout cela n'allait pas assez vite pour ceux qui ont, depuis leurs cabinets secrets, décidé de détruire la France.

Maintenant, il faut chasser l'habitant, le propriétaire légitime.
Comment ? en le terrorisant et lui interdisant toute possibilité de défense.

L'évolution de la jurisprudence en matière d'auto défense, la relaxe quasi systématique des agresseurs appartenant à une minorité "visible", l'interdiction de facto de la détention d'armes pour les gens honnêtes, la traque policière à l'encontre des "bon pères de famille", la Halde, destinée à amplifier toutes les vétilles prétendument discriminatoires, la criminalisation des opinions non conformes, l'incitation à l'avortement, sont autant de moyens employés qui rélèvent d'ailleurs du génocide, ainsi qu'il est décrit dans le code pénal français :
  • soumission à des conditions d'existence de nature à entraîner la destruction partielle ou totale du groupe ;
  • mesures visant à entraver les naissances .

Enfin la cerise sur le gâteau, la loi Sabeg, qui rendra légale, voire même obligatoire, la mise à l'écart de gens qualifiés, sur le seul fait de leur appartenance à la race de ceux qui ont bâti ce pays.

Le temps est venu, me semble-t-il que nous prenions notre avenir en main.

Les coupables nous les connaissons, au moins pour les principaux : tous les présidents de la République depuis Giscard inclus et tous leurs premiers ministres.
Tous ont conduit la même politique anti-Français. Tous devront rendre des comptes, sinon devant nous, au moins devant le tribunal de l'Histoire !

Pour le reste Big Brother veille et m'interdit d'exposer ici le fond de ma pensée.

A lire : "Discrimination et statistique : vers une nouvelle conception de la nation française" sur communautarisme.net

vendredi 20 mars 2009

nouvelles Essonniennes

Une action citoyenne et écologique à Fleury-Mérogis

L'association écologiste Greenpeace se rendra samedi après-midi dans la zone commerciale des Ciroliers. Une action pour sensibiliser la population à la désertification.
Il faut savoir que cette action s'inscrit pleinement dans la journée nationale de la forêt. Greenpeace qui déploiera dans un premier temps une banderole veut inciter les Essonniens à privilégier le bois certifié FSC (forest stewardship council France). Le rendez-vous est fixé samedi de 14 heures 30 à 17 heures.

Sans rire bien sûr !

mercredi 18 mars 2009

La bonne soupe

Payez grassement vos élus pour les habituer au luxe pour ne pas dire à la luxure.
Concoctez un système électoral non représentatif, financez les partis, donc ayez la mainmise sur les candidatures à la députation.
Engagez la responsabilité de votre gouvernement, c'est à dire mettez les députés de votre majorité devant l'alternative de voter oui ou ne pas être candidat à la prochaine élection.
Baptisez cela débat démocratique et adhérez à l'Otan ou à n'importe quoi d'autre d'ailleurs.

dimanche 15 mars 2009

danger : liberté de penser. (article complété)

Bien que Polémia n'ait pas besoin de moi pour être un excellent site politique, c'est avec plaisir que je mets cet article sur Aymeric Chauprade en lien.
C'est un thème que j'aime bien aborder et c'est curieux de voir comment cela exaspère les "démocrates".

Ps : à la lecture de cet article (Permanences stratégiques) on comprend bien en quoi Aymeric Chauprade représente un danger pour le système Sarkozyste et les ventres mous européens en général et en quoi, son éviction brutale d'un poste où il pouvait éclairer les officiers français sur les véritables enjeux était devenue indispensable à la veille du retour dans le commandement intégré de l'OTAN.

De fait, le jour de l'été 2007 où Sarkozy en visite aux USA déclarait "on m'appelle Sarkozy l'américain", les jours d'un esprit libre, comme celui d'Aymeric Chauprade, au sein d'un organisme comme le collège interarmée de défense, étaient comptés.
Après De Gaulle, la France n'a pas brillé par sa réflexion stratégique et géopolitique.
Nos dirigeants, plus aptes à faire et défaire les pouvoirs au sein d'un conseil général qu'à envisager la place de la France dans le monde et à lutter pour qu'elle soit la meilleure possible, ne comprennent rien au monde qui les entoure.
Chauprade met le doigt où cela fait mal et nous montre ainsi indirectement la médiocrité du personnel politique français.
On comprend mieux aussi, à la lecture de ces textes en quoi l'Europe qu'on nous propose n'est qu'un cache misère, tant il est improbable qu'une Europe puissance émerge un jour de ce salmigondis économico-politique que sera l'Europe de Lisbonne.

vendredi 13 mars 2009

le retour des barrières d'octroi ?

Routes : vers un péage sur une nationale ? source l'Argus automobile.
L'Etat n'a plus les moyens d'assumer l'entretien des infrastructures routières, entend-on ici et là. Mais l'usager peut-il prendre la suite ?
La seule solution ? La route nationale « Centre Europe Atlantique », appelée communément RCEA, pourrait bien devenir la première nationale payante. La concession serait éventuellement confiée à APRR, qui gère déjà un certain nombre d'autoroutes en France.



Ce long ruban de bitume qui traverse la France (de Mâcon à Royan) connaît une histoire tumultueuse depuis plus de dix ans. Beaucoup de poids lourds y circulent, et si la majeure partie de la route est en configuration 2 x 2 voies, ce n'est pas le cas partout. Et... les accidents s'enchaînent et se ressemblent : « La RCEA est une route de transit où circulent entre 10 000 et 15 000 véhicules par jour, dont la moitié de camions. Elle est dans un état lamentable » commence le président du Conseil général de l'Allier, Jean-Paul Dufrègne. Et de continuer : « Notre pragmatisme nous pousse à accepter une mise en concession, avec des réserves importantes, notamment la gratuité pour les personnes qui font du cabotage. » Selon lui, « l'État n'a plus les moyens d'assumer ses infrastructures », et c'est bien là le problème. Pour moderniser cette route, une enveloppe de 900 millions d'euros serait nécessaire, une somme visiblement déraisonnable pour le budget d'un département comme l'Allier : « A la vitesse actuelle, il faudrait 30 ou 40 ans pour finir les travaux » maugrée le président communiste du département. Du côté du secrétariat d'État aux transports, on confirme que la RCEA pourrait bien être assujettie à péage : « Nous discuterons notamment des tarifs et des emplacements de barrières de péage. Cette discussion permettra de tenir compte des attentes des populations » a indiqué Dominique Bussereau il y a deux semaines, lors d'une visite à Clermont-Ferrand.



On paiera deux fois, en tant que contribuable, car la part équivalente ne sera pas rétrocédée au contribuable, et puis comme usager.
En fait c'est le concept même de route nationale qui est remis en cause et derrière cela le principe même d'État centralisé. Qu'est-ce qu'un État qui n'a plus le contrôle de ses lois, de sa monnaie, de son armée, de ses routes ? du vent ! et une bonne occase pour les copains et les coquins de vivre du bon temps aux frais de la princesse.
Il nous l'avait dit pourtant : Ensemble tout est possible... et surtout le pire !

dimanche 8 mars 2009

démocratie totalitaire

Un spammeur démocrate m'oblige à modérer les commentaires pour quelque temps.
De toute façon, ce blog étant peu commenté, ça ne privera personne sauf cet imbécile totalitaire qui s'imagine démocrate. Démocrate à la NKVD, partisan de la balle dans la nuque !

samedi 7 mars 2009

Le métissage selon Sarkozy

Selon le gouverneur de ce pays, le métissage est bon pour la France et on l'imposera par la force s'il le faut et mauvais pour l'Arabie Saoudite : il faut l'éviter à tout prix.
Je galèje ? Que nenni ! allez donc visiter l'excellent blog Club-Acacia

Horst Mahler



Horst Mahler, avocat, 73 ans, condamné à 12 ans de prison pour délit d'opinion par l'ajustice allemande.
Merci au Club-acacia

Du sexe des anges

Je constate que je blogue de moins en moins. La vie politique actuelle me lasse et j'avoue attendre avec une certaine impatience mais sans espoir un évènement qui fera bouger les choses.
Le système global, pas seulement français, mais mondial, a tellement peur des changements que tout est "under control".

Bref pour en revenir à la France, au moment où tout le système d'intégration part en lambeau, la République ayant démontré son incapacité à intégrer tant les populations allogènes que périphériques, ne parlons même pas d'assimilation, se déroule en France, un psycho-drame typiquement français. Les hommes politiques, pour distraire l'auditoire font semblant de s'entre-déchirer sur le rapport Balladur, querelle sur le sexe des anges.

Oui il faut supprimer plusieurs échelons administratifs, oui il faut regrouper d'autorité les communes ayant des intérêts communs, pour en faire des entités d'environ 100 000 habitants en zone urbaine et une vintaine de milliers en zone rurale. Oui il faut supprimer les départements si les régions restent aussi ridiculement petites. Oui il faut agrandir les régions c'est à dire en diminuer le nombre pour les rendre plus efficaces.

Il n'y a rien qui m'exaspère plus que de voir sur les panneaux de chantiers d'équipement public "ce chantier a été financé a x% par le conseil régional, y% par le conseil général, z% par la commune", quand l'Etat et l'Europe ne sont pas de la partie !

Comme si la vache à lait au bout n'était pas la même, vous et moi qui au passage faisons vivre grassement les fonctionnaires et les élus des 3 ou 5 strates !

dimanche 1 mars 2009

Rendez moi mon or !

Je n'ai aucune confiance dans l'optimisme de mise quant à la sortie de crise économique dans les prochains mois.
J'ai malheureusement trouvé de quoi me conforter dans cette idée avec cet article de Bill Bonner de la Chronique Agora.
Selon cet analyste économique, le pire est devant nous et, curieusement, comme lorsque tout va mal, l'or réapparait.
Au fait, le notre il est à Francfort, non ?